} }bonjour et bonne visite sur mon blog revenez sounvent et svp laissez un petit com avant de partir ce serait sympa a bientot pour de nouvelles histoires et images animées

mon grimoire enchanté

bienvenue dans mon grimoire

coollogo_com_3418409__1_

 

 

Copie__2__de_signature_20

100915093719357976756552

b2c80d73

83550015_p

 

 

 

 

 

Posté par blog de claudie à 16:39:00 - Commentaires [17]

24 octobre 2018

0b3a74ca7120cdb18c6675fc39761038

0_c2c7c_762fd6a3_orig

3a9c4e09

Posté par blog de claudie à 16:47:35 - bonne nuit et gif animé - Commentaires [1]
Tags :

17 mai 2018

conte pour enfant

3c3b40eb1aa72bbefd4311b7158f6712

Un conte à raconter aux enfants qui doutent d’eux-mêmes, qui se comparent aux autres et qui souffrent d’un déficit d’estime de soi.

Il était une fois, un roi bon et juste qui avait pris beaucoup de soin à agrémenter les immenses jardins de son château avec toutes sortes d’arbres, de plantes et de fleurs, tous aussi beaux, majestueux et parfumés les uns que les autres. Ses jardins resplendissaient de beauté et offraient un spectacle inégalé à mille lieues alentours.

Il prenait un plaisir chaque jour renouvelé à se promener dans ces jardins habillés par autant de grands arbres dont les cimes tutoyaient les nuages que de petits massifs de fleurs aux couleurs changeantes et aux parfums enivrants.

Un jour, le bon roi dut s’absenter pour un voyage officiel.

À son retour, il n’avait qu’une hâte : retrouver les couleurs, les parfums et la composition harmonieuse de ses jardins. Il eut un choc en constatant que les plantes et les arbres qu’il aimait tant étaient en train de mourir et sécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui avait bien pu se passer.

Le pin lui répondit avec un air triste :  » J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne serai capable de produire d’aussi beaux et bons fruits qu’il ne porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher. »

Le roi alla trouver le pommier qui lui aussi était sur le point de mourir. Il l’interrogea à son tour et celui-ci dit avec un air plus triste encore :  » En regardant la rose et en sentant son parfum enivrant, je me suis dit que jamais je ne serai aussi agréable à regarder et aussi parfumé qu’elle. C’est alors que je me suis mis à sécher. »

Comme la rose était elle-même en train de sécher, il alla lui parler et elle lui avoua avec l’air le plus triste du monde: « Comme c’est dommage que je n’ai pas l’âge de l’immense érable sage planté au loin ! Comme c’est dommage que mes feuilles ne deviennent pas aussi dorées comme les siennes à l’automne ! Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs, aussi parfumées soient-elles ? Je me suis donc mise à dépérir. »

C’est alors qu’une toute petite fleur attira l’attention du roi. Alors qu’il l’avait à peine remarquée auparavant, elle semblait aujourd’hui capter toute la lumière et baigner les jardins de son doux parfum. Elle n’était en rien comparable aux autres végétaux desséchés du jardin. Le roi, intrigué, l’interrogea sur sa surprenante vitalité .

« J’ai failli me dessécher, répondit-elle, car au début je me désolais. Jamais je n’aurai la majesté d’un pin qui conserve sa verdure toute l’année ; ni la beauté et encore moins le parfum de la rose; et que dire de la sagesse de l’érable ! Désespérée que j’étais, j’ai voulu mourir moi-aussi. Puis je me suis rappelé que vous aviez choisi de me placer ici, de m’arroser, de prendre soin de ma terre, vous m’avez accordé autant d’importance qu’au pin, qu’à la rose et qu’à l’érable, c’est donc que vous vouliez de moi autant que des autres, telle que je suis, et que j’ai toute ma place dans ce jardin. A partir de ce moment là, j’ai décidé de m’aimer telle que je suis et de contribuer à mon niveau à rendre ce jardin aussi agréable que possible. C’est exactement ce à quoi je m’emploie depuis que vous êtes parti et ce à quoi je m’emploierai tant que je serai en vie. »

…………………………………………………………………………..

Posté par blog de claudie à 07:25:49 - poeme sur les enfants - Commentaires [1]
Tags : ,

05 mars 2017

poeme de fée

b815949d0f3f875ed9ca518fec4b0b6a

Les elfes

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

f151b2afece15bd952e5ba3ceb8566fc



Du sentier des bois aux daims familier,
Sur un noir cheval, sort un chevalier.

e6281af611f65b8bf703cb0fd5c31998


Son éperon d'or brille en la nuit brune ;
Et, quand il traverse un ravon de lune,
On voit resplendir, d'un reflet changeant,
Sur sa chevelure un casque d'argent.

311c2244326919ff4d7f9b91550ea61e



Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

bae7b23321762c946e674a77a1e3d597



Ils l'entourent tous d'un essaim léger
Qui dans l'air muet semble voltiger.
- Hardi chevalier, par la nuit sereine,
Où vas-tu si tard ? dit la jeune Reine.
De mauvais esprits hantent les forêts
Viens danser plutôt sur les gazons frais.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

f46fdc1d10b2549168926a49630eda9f



- Non ! ma fiancée aux yeux clairs et doux
M'attend, et demain nous serons époux.
Laissez-moi passer, Elfes des prairies,
Qui foulez en rond les mousses fleuries ;
Ne m'attardez pas loin de mon amour,
Car voici déjà les lueurs du jour.

cdb470ddecb711456e20b60468624127



Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

- Reste, chevalier. Je te donnerai
L'opale magique et l'anneau doré,
Et, ce qui vaut mieux que gloire et fortune,
Ma robe filée au clair de la lune.
- Non ! dit-il. - Va donc ! - Et de son doigt blanc
Elle touche au coeur le guerrier tremblant.

e225312242fecda482bfe893af71fb42



Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Et sous l'éperon le noir cheval part.
Il court, il bondit et va sans retard ;
Mais le chevalier frissonne et se penche ;
Il voit sur la route une forme blanche
Qui marche sans bruit et lui tend les bras :
- Elfe, esprit, démon, ne m'arrête pas !

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

fa433537d110629061a6d9cf07dd6ac4



Ne m'arrête pas, fantôme odieux !
Je vais épouser ma belle aux doux yeux.
- Ô mon cher époux, la tombe éternelle
Sera notre lit de noce, dit-elle.
Je suis morte ! - Et lui, la voyant ainsi,
D'angoisse et d'amour tombe mort aussi.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

tumblr_n6d99gMyK91rbijdfo3_500



Leconte de Lisle


Une fée

ff27d7792b54b14583e26750e047a80a



Ah! c'est une fée tout jeune encore,
ah! c'est une fée de lune coiffée .

A sa robe verte un papillon d'or,
a sa robe verte , a peine entr'ouverte.

Elle va légère au son du hautbois,
elle va légère comme une bergère.

Elle suit la ronde des dames des bois,
elle suit la ronde qui va par le monde.

Gabriel Vicaire5d08111e816a727865c5a1b215e3ffc2

6c0c744d2e6add44545e10b89b2a8eba

8c914bab83d1b51f2ecd60c33b028450

53c32951f7893a69913d3aae308ac0e1

572d9fad730515cdb5f7ad507c01a318

a4d09199c618136bbb6d6a118c66e61c

aee79637dde968b5836bea64ca94ab84

Posté par blog de claudie à 15:41:22 - poême pour fée et image animées - Commentaires [0]
Tags :

31 janvier 2017

féerie

Posté par blog de claudie à 13:32:33 - Commentaires [1]

la récré poeme

f151b2afece15bd952e5ba3ceb8566fc

2c97637143f69a585e32587410b37cd6

7cfa28252ec189fee75f3b1619a008f5

a08f8a2992f1ce362a228e0ef5c19a0c

049c943e88395cbc8dde48a79959cd81

La récré

 

Il est dix heures et je l'entends

La cloche de la liberté

Adieu cahiers, pour un moment

C'est enfin l'heure de la récré !

 

Le marronnier est encerclé

Les filles chantent "cueillons la rose"

La ronde tourne, c'est la récré !

La ronde tourne, "elle est éclose"

 

Un caillou poussé vers le Ciel

Par un petit soulier ciré

Survole les traits de la Marelle

Dessinés, vite fait, à la craie

 

Et moi, dans le coin du préau

Devant mes amies ébahies

Imite déjà Line Renaud

Elles applaudissent, je suis ravie

 

Puis, tout à coup, c'est le signal

Il faut rentrer et travailler

Je terminerai mon récital

Après-midi, à la récré !

 


Read more at http://michellehautmont.e-monsite.com/pages/les-poemes-de-michelle/la-recre-poeme-inspire-des-recreations-de-mon-enfance.html#srtWSYhKKpcMms6Q.99c41c716b

aee79637dde968b5836bea64ca94ab84

Posté par blog de claudie à 13:03:37 - poème pour en fant et image féerique - Commentaires [4]
Tags :

 
Compteur Global
chrystaline vous remercie de votre visite dans mon grimoire enchanté
je vous invite a revenir quand
vous le désirez
une mise a jour est effectuée régulièrement
pour le plaisir des yeux
au plaisirs de vous revoir
mon autre blog mon autre blog mon autre blog mon autre blog mon autre blog mon autre blog mon autre blog mon autre blog